facebook
Rechercher

Connaissances scientifiques

Les relations Homme / Animal entrent dans le cadre des interventions non-médicamenteuses (INM) telles que la Haute Autorité de Santé les a définies. Elles n’ont pas vocation à se substituer aux thérapies médicamenteuses qui demeurent essentielles, notamment dans le traitement de pathologies physiques ou psychiques lourdes. En avril 2011, la Haute Autorité de Santé (HAS) a rendu public un rapport qui fait le bilan du développement de la prescription des thérapeutiques non médicamenteuses en France. Le rapport fait le constat d’un recours insuffisant aux thérapeutiques non médicamenteuses dans leur ensemble, par rapport aux préconisations des autorités scientifiques et des agences sanitaires.

 

L’ensemble des situations d’interventions et des objectifs sont construits à partir d’études scientifiques faisant état des effets de la médiation animale sur les personnes concernées dans le contexte donné.

 

Il a par exemple été démontré que :

  • Caresser un animal, le regarder, voire même sa présence seule ont des répercussions sur des « marqueurs physiologiques indirects d’attachement social et de bien-être» chez l’humain à savoir les bêta endorphines, l’ocytocine, la prolactine, la dopamine et le cortisol. (Nagasawa et al. 2015 dans Science et Odendaal, 2000 dans Journal of Psychosomatic Research).
  • Des séances régulières de médiation animale ont un effet positif sur l’expression d’émotions spontanées et le bien-être psychologique des personnes en centre médico-social (Colombo et al., 2006 dans Archives of Gerontology and Geriatrics).
  • Des séances hebdomadaires de médiation animal avec un chien Golden Retriever dans un service pédiatrique d’oncologie ont montré une diminution significative de la douleur des patients, de leur stress pendant les examens médicaux et une tendance à l’amélioration des syndromes dépressifs (Silva et Otorio, 2018 dans PLoS ONE)
  • L’intervention assistée par un chien réduit considérablement l’anxiété chez les patients hospitalisés atteints de dépression majeure. L’étude conclue que la présence de chiens dans le cadre de thérapies assistée peut offrir un bénéfice thérapeutique supplémentaire susceptible de réduire l’anxiété et d’améliorer les stratégies psychothérapeutiques et la motivation des patients et des thérapeutes (Hoffmann et al. 2009 Dans European Journal of Intégrative Medecine)
  • Des séances de médiation animale régulières améliorent le bien-être (augmentation de critères d’émotivité positive) de patients recevant des chimiothérapies intensives (cancers gastro-intestinaux, du cou ou de la tête ainsi que pour des patients qui accusaient un grand déclin de leurs fonctions vitales. (Clinical trial shows benefits of animal-assisted therapy in adult cancer patient undergoing complex cancer treatment with chemotherapy and radiation therapy, Published in Journal of Community and supportive oncology, 2015 ;

Cliquer ici pour en savoir plus.

Curabitur porta. pulvinar tempus suscipit justo ut Aliquam vulputate, commodo